Itinéraire type d'un Parisien en semaine

Bonjour à tous !

 

Tout d'abord, je vous souhaite à tous une très bonne année 2019, oui ça fait 21 jours mais ça fonctionne encore.

Aujourd'hui, j'ai décidé de retracer le parcours de P. (nous l'appellerons P. pour des raisons évidentes de confidentialité, il se peut même que son prénom ne commence pas par la lettre P, mais cela n'est pas très important pour l'écriture de cet article). 

Tout commence à 8h03, P. sort de son lit après avoir entendu son réveil sonner 7 fois. P. n'a plus le temps de manger, il part donc se préparer rapidos pour aller au boulot.

P. est content car il est finalement parti à l'heure de chez lui, il se dirige tranquillement vers le métro, s'installe (non je rigole, se tient à la barre), quand soudain, il entend un murmure:

"Nous allons rester à quai un petit moment pour réguler le trafic, je vous remercie de votre patience."

Phrase signée le conducteur. À ce moment-là, P. est serein. Il fait confiance au conducteur, s’imaginant simplement que cela va durer quelques secondes. C'est alors 15 minutes plus tard qu'il réalise que cela n'a pas duré quelques secondes.

Enfin arrivé à la bonne station, il marche (court) direction son travail, pour démarrer une belle journée (de merde).

Le temps passe, devant l'ordinateur, à scroller le fil d'actualité Facebook jusqu'à la semaine dernière, likant notamment la vidéo d'un bouledogue affalé sur le canapé avec 8 parts de pizzas sur la tête.

Arrive rapidement l'heure du déjeuner, direction la cantine (ou le restaurant), un petit bol d'air bien mérité. Le retour au bureau se passe sans encombre, P. digère jusqu'à 15h33, avant de planifier ses prochaines vacances. Après un petit PowerPoint finalisé et présenté à son manager vers 17h29, P. se lève de sa chaise une minute plus tard:

"Allez, à demain les gars bonne soirée !"

Oui, à demain ! P. est ravi de rentrer chez lui après cette journée de dur labeur, allez hop direction le métro. Cette fois-ci, P. s'installe confortablement (non je rigole encore, se tient à la barre), avant d'arriver à la station Châtelet - Les Halles, station qu'il fréquente depuis environ 1 an et 3 mois mais où il ne sait toujours pas quelle est la sortie la plus proche de chez lui.

Sorti par la Canopée par erreur, il écoute tranquillement "Ramenez la coupe à la maison" de Vegedream quand soudain:

"Bonjour, auriez-vous deux petites minutes à me consacrer ?"

Cette question peut paraître vague, mais on sait tous de quoi il s'agit. P. est victime d'une attaque d'un recruteur de donateurs, ayant pris 607 vents dans la journée. Enfin 608 désormais, avec le refus catégorique de P. qui a un "rendez-vous urgent dans 3 minutes" (on apprendra par la suite que le rendez-vous en question était avec sa télé). 

La journée se termine, P. est lessivé, mais il ira tout de même prendre une pinte avec ses amis, "pour ne pas qu'ils m'oublient', se dit-il dans sa tête.

 

Bon, cet article est (légèrement) cliché, mais j'ai déjà vécu cette journée perso.

 

À bientôt !

Sofiane

 

2 commentaires

TItrXSFAlM

JplDugtOEGi 27 novembre 2019

abNfGzADqeZdXTSk

HKfGURsvLt 27 novembre 2019

Ecrire un commentaire